Ce site qui fait vos devoirs en « bon camarade »

Le site Bonnenote.fr débarque en France. C’est un service payant qui propose aux élèves de faire leurs devoirs à leur place. Si le principe venant d’outre-manche est légal, il n’est pas pour autant juste. Le concept va plus loin que les correcteurs automatiques et les écrivains publics, mais se défend d’inciter à la triche.

En primaire, les devoirs à la maison sont « officiellement »  interdits depuis 1956. Pourtant, les élèves ne manquent pas de ramener quelques « problèmes de robinets » à leurs parents. Concernant les autres niveaux d’études, c’est différent. Alors, l’aide aux devoirs peut s’avérer nécessaire lorsque l'on sèche davant une dissertation par exemple. Cet aide existe déjà via les systèmes automatiques de correction, des applications comme Snapschool et les écrivains publics. Un site propose désormais de faire les devoirs à la place des élèves. Ce concept vient d’Angleterre avec le site Ivory Resarch. L’équivalent français Bonnenote.fr importe sur notre territoire ce service de rédaction de tous nivaux et de toutes matières. La pilule reste sur l'estomac de la ministre de l'Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem qui a jugé ce principe « pas acceptable ni conforme aux valeurs et aux repères de l’école ». Elle a ajouté « qu'elle fera ce qui sera utile de faire »... probablement exiger la fermeture du site.

Un sysème à la « Uber »

Vous connaissez déjà Uber ? Ce n’est pas un camarade de classe mais un système issu du modèle de la société américaine Uber : la mise en relation, par une plateforme web ou une application, de clients avec des prestataires effectuant un travail payé « à la tâche » myennant une commission pour cette société. Le mot français « ubérisation » qui en découle est une expression un peu fourre tout. Néanmoins, Bonnenote.fr se base sur ce sytème : un rédacteur rédige les devoirs. Une fois la commande honorée, le rédacteur se voit attribuer une note par le commanditaire et est rémunéré entre 70 et 90% du tarif client, en fonction de l’évaluation. Le prix demandé est dégressif selon le niveau et le délai imparti. Le barème va de 24.20 euros la page pour un Master, avec une commande à livrer sous 12 heures à 07.20 la page pour le niveau Collège sous 30 jours.

Recrutement des rédacteurs

Plus de 600 rédacteurs répartis en France et en Belgique travaillent pour Bonnenote.fr. Les profils divers et variés vont des professeurs aux doctorants en passant par les étudiants et les enseignants retraités. Le recrutement est simple : il faut postuler en ligne, s'inscrire et télécharger son CV. La plateforme vérifie-t-elle l’exactitude du niveau des candidats ? Difficile à prouver.  Le fondateur, Victor Der Megreditchian explique cependant qu’ils « vérifient à leur niveau », tout en précisant que « quand ils n’ont pas la copie du diplôme, ils contrôlent sur Internet ». Gros bémol : aucune charte de déontologie n’est signée par les candidats !

Un problème de moralité ?

En rédigeant complètement les copies, Le site Bonnenote.fr se vante d’apporter un « exemple de travail parfait ». Si vous passez par ce site, vous n'avez théoriquement pas le droit de rendre le devoir tel quel. Victor Der Megreditchian se décharge d’ailleurs de toute responsabilité liée au « mauvais » usage du travail rendu, toute en expliquant vouloir aider les élèves à « s’améliorer ». L'entrepreneur semble exigeant sur la qualité du service. Y-t-t-il néanmoins un problème de moralité ? Si le site propose cette  offre, c’est qu’elle correspond à une attente, à une demande évidente des élèves. Il est donc « normal » que quelqu’un tente de faire du business par ce créneau. Le procédé est légal, mais sans valeur morale ni pédagogique. La startup n’aborde tout simplement pas la question éthique. Elle n’apporte aucune aide didactique. Les clients se contentent de leurs devoirs « parfaits », sans que la plupart n’en comprennent finalement le sens. Ils pourront néanmoins en demander des modifications gratuites. Monsieur Der Megreditchian défend un service sur mesure, sans pour autant s'attarder sur les détails. Ces copies toutes faites semblent plutôt surfer sur la dérive du travail à la chaîne façon fast-food mental. Elles posent donc inéluctablement un problème de moralité. Vous aurez obtenu la copie du travail moyennant contribution financière, mais la note ne sera peut-être pas brillante. Vous ne tirerez pas partie de vos corrections, perdrez la vue d'ensemble de votre travail personnel et surtout la fierté de vos efforts, même avec de l'aide. C'est un risque majeur pour l'obtention de votre diplôme.

Langue(s) : une différence avec les écrivains publics ?

Outre les incontournables TP, exposés, dissertations, thèses ou mémoires, le site propose aussi la rédaction de CV, lettres de motivation, biographies, traductions ou encore business plans. Y-a-t-il donc une différence avec les écrivains publics ? Il semble que oui : les écrivains publics travaillent sur la correction de l’orthographe, la syntaxe, les tournures et éventuellement la mise en page des devoirs. Ils ont des engagements moraux vis-à-vis de leurs clients. Dans ces engagement figurent notamment l’écoute, le conseil, le suivi, la confidentialité et l’assurance de ne pas fournir de documents plagiés ou destinés à tricher. Ces engagements propres à chaque écrivain public ou à un groupe, une association de rédacteurs sont affichés sur les sites. Vous pouvez en voir un exemple : ici. Les capacités d’analyse et de synthèse des écrivains publics son essentielles à retranscrire fidèlement et selon la personnalité de chaque commanditaire. Au moindre doute, il faut passer du temps à réfléchir, retravailler et expliquer. Le temps de travail est aléatoire. Les tâches vont de quelques heures à plusieurs semaines. Contrairement à ce qu’annonce Bonnenote.fr sur son site, ses garanties sont insuffisantes. 

Le Parisien a testé le service en commandant un devoir à 25 euros, dont l’objet était une dissertation philosophique sur l'interrogation « La loi s'oppose-t-elle à la liberté ? ». Le travail sera rendu trois jours plus tard. Une seconde mouture aboutit après quelques modifications. La copie aura été notée d'un 8/20, le professeur ayant reproché à son auteur une méthodologie « pas bien mise en œuvre », une absence de références pour un « ensemble médiocre » comme finalité. De plus, le devoir était « truffé de fautes ». L'auteur de la dissertation a été banni du site. Si l'excellence a été visée, elle n'a ici pas été atteinte !

Le concept tente de faire une incursion sur les pages déjà bien remplies par les méthodes de corrections et les écrivains publics en se plaçant entre les deux. Le marché est peut-être porteur, mais sa crédibilité morale – ou ce supposé manque de crédibilité morale – fait polémique. Bonnenote.fr dit avoir un système anti-plagiat, ce qui logiquement ne permet pas de détecter de fraude. Encore faut-il que ce système fasse ses preuves. Le doute est donc largement permis concernant Bonnenote.fr. Si la réussite s'achète par un cursus, un « coup de pouce », elle se paie surtout par sa propre sueur, son travail respectif. Laissons le temps au temps pour éventuellement attribuer à ce site une « bonne note » ou non…

Votre écrivain public se tient à votre disposition pour vous aider dans vos travaux personnalisés. N'hésitez pas à consulter ce professionnel.


Tarifs écrivain public

 

Web : Contact – Courriel : contact@myleniumscripta.eu – Tél . : 07 85 29 71 65

Télécopie : 02 56 57 93 44

Partagez et commentez cet article !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire commentaire

Commentaires : 0


Suivez-moi au fil des pages

Google+



© Copyright 2011-2017