Focus : Qu'est-ce que le Dif ?

Le droit individuel à la formation (Dif) à été lancé le 4 mai 2004 dans une relative confidentialité. Il incarne pourtant une « petite révolution » puisqu’il donne le droit à tout salarié du secteur privé de disposer de 20 heures de formation par an. Il est, à ce jour, partiellement utilisé. Manque de communication ou réticence du patronat ?

 

Depuis huit ans, le Dif propose aux salariés 20 heures de formation par an, pour se perfectionner ou réaliser un projet. Ce dispositif est encore peu utilisé au sein des entreprises : seulement un salarié sur cinq a lancé sa demande, soit 6% des bénéficaires.

Le Dif pour quelle formation ?

Le dif peut être utilisé pour des formations de développement professionnel ou personnel. Les demandes pour les langues ou l’informatique sont les plus courantes. Le Dif s’adapte aussi à des projets de plus grande ampleur comme dans le cadre d’un reclassement professionnel, pour préparer un diplôme. Dans ce cas, le Dif s’associe à un Bilan de compétences, un congé individuel de formation, un plan social avec congé de reclassement ou même un congé sans solde.

Qui est concerné ?

Chaque salarié en CDI ayant atteint un an d'ancienneté dispose de 20 heures de formation par année, cumulables sur six ans afin de se perfectionner ou de réaliser un projet. Au-delà, le Dif est plafonné à 120 heures. L’acquis est répertorié par l’employeur sur le certificat de travail.

Les titulaires d'un CDD ont accès au Dif au prorata temporis. Les moins diplômés et les séniors sont prioritaires.

Quelles sont les modalités ?

Si se former en dehors du temps de travail semble être la règle, un accord peut être conclu entre le salarié demandeur et l'entreprise.

Les formations se déroulent généralement pendant les RTT, soirs et week-ends, dans le respect le temps de repos obligatoire. Le salarié perçoit 50% en plus de son salaire net en allocation de formation. Cette rémunération n'étant pas un salaire, elle n'est pas soumise aux cotisations sociales. Elle peut être cumulé avec des indemnités de congé payé ou de congé parental, dans la mesure où le salarié choisisse ces périodes pour se former.

 

L'employeur à un mois pour répondre favorablement ou non à une demande de Dif.

Demande du salarié à son employeur

Les plans de formation sont généralement bouclés par les entreprises en fin d'année. L'automne paraît donc être la période propice pour adresser votre demande de  Dif par écrit à votre hiérarchie.

 

Un formulaire à remplir vous sera remis par votre employeur. Chaque entreprise possède sa propre procédure. Renseignez-vous.

 

La forme de la demande restant libre, vous pouvez la rédiger de plusieurs manières :

  • L'e-mail est de loin le méthode la plus simple. La capacité d'échanges avec le collaborateur est importante et la traçabilité rassurante avec la confirmation de lecture. Si vous travaillez dans une grande entreprise où la notion d'employeur est considérée comme floue (DRH, manager N+1 ou N+2, Président...), informez-vous sur l'identité du bon interlocuteur.
  • La demande par intranet, est similaire à l'e-mail.
  • La demande écrite par remise en main propre contre décharge permet le dialogue direct.
  • La demande par courrier simple ou par courrier interne est notamment utilisée lorsque que vous n'avez pas la possibilité d'une rencontre directe et physique avec votre employeur.
  • La demande par courrier recommandé est à écarter, sauf si la procédure de votre entreprise l'exige.

Quelles informations doit contenir la demande ?

Voici les éléments indispensables que votre demande doit contenir :

  • Une petite introduction,
  • la formation choisie,
  • le nom de l'organisme,
  • date de début,
  • date de fin,
  • durée (nombre de jours),
  • coût de la formation et éventuels coûts annexes,
  • formation sur temps de travail ou hors temps de travail,
  • un résumé de vos motivations.

Pourquoi si peu de succès ?

Les entreprises ont une méfiance naturelle envers le Dif : beaucoup craignent , à tort ou à raison, que le dispositif ne soit trop souvent activé pour des formations n'entrant pas dans leurs intérêts. Elles sont donc peu enthousiastes à laisser leurs salariés suivre des études, qui se font pourtant majoritairement en dehors du temps de travail. Une campagne pédagogique serait nécessaire afin de sensibiliser le patronat sur ce que peut leur apporter l'évolution de leurs salarié. Car tous ne souhaitent pas quitter leur entreprise. De sont côté, le patronat préfèrerait le remplacement du Dif par un compte épargne temps interne à chaque établissement.

Il y a un manque de communication de la part des entreprises envers leurs salariés. Pourtant le Dif est une pièce importante à la construction de nouveaux projets professionnels. Ce dispositif peut s'avérer gagnant-gagnant.

Besoin d'une assistance ? consultez un professionnel de l’écrit. Son expertise optimisera votre demande.


Tarifs écrivain public

 

Web : Contact – Courriel : contact@myleniumscripta.eu – Tél . : 07 85 29 71 65

Télécopie : 02 56 57 93 44

Partagez et commentez cet article !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Écrire commentaire

Commentaires : 0


Suivez-moi au fil des pages

Google+



© Copyright 2011-2017